Read PDF Apologétique et Canonique (Exposé de Théologie Systématique t. 2) (French Edition)

Free download. Book file PDF easily for everyone and every device. You can download and read online Apologétique et Canonique (Exposé de Théologie Systématique t. 2) (French Edition) file PDF Book only if you are registered here. And also you can download or read online all Book PDF file that related with Apologétique et Canonique (Exposé de Théologie Systématique t. 2) (French Edition) book. Happy reading Apologétique et Canonique (Exposé de Théologie Systématique t. 2) (French Edition) Bookeveryone. Download file Free Book PDF Apologétique et Canonique (Exposé de Théologie Systématique t. 2) (French Edition) at Complete PDF Library. This Book have some digital formats such us :paperbook, ebook, kindle, epub, fb2 and another formats. Here is The CompletePDF Book Library. It's free to register here to get Book file PDF Apologétique et Canonique (Exposé de Théologie Systématique t. 2) (French Edition) Pocket Guide.

Epstein Lisa R. The Jews ofRussian and Health. Care, , Yale, Ph. Adjurations in the Heka-. Leiter David A. Moriya Akio, Aramaic Epistolography. The Hermopolis Papyri and Rela-. Schubert Friedemann, Tradition und Erneuerung. Wander Bernd, Das Umfeld der Diasporasynagogen. Ein Beitrag zu den. Voir aussi les nos 24, 25, 33, 44, 46, 49, 53, , , , , , , , , An Exploration. Baik Woon Chul, La christologie de la source Q, p.

Characterization, Duke, Ph. Kollekte und Mission im. Bedrinan Labriola Claudio Carlos, La dimension socio-politica del men-. Esegesi e linee ermeneutiche, Fribourg, D. Una interpre-. A Study in Lukan Theo-. Collins Matthew, Rhetoric, Household and Cosmos. A Rhetorical and. The Aloofness. The Art and Power of. De Haas Vincent, De opgebroken straat. Een intertekstuele analyse van. Honor Discourse and Community. Maintenance in the Epistle to the Hebrews, p. Dhas T. Prayers and Speeches before Death or Martyr dom, p. McMaster, Ph. TheoL, D. Fletcher-Louis C. Teil 1. Frickenschmidt Dirk, Vier antike Jesusbiographien.

Die kanonischen. Gebauer Roland, Paulinische Seelsorge. Eine exegetischer Beitrag zur. Poimenik, Erlangen, Hab. Characterization and. Hagenow Gabriele, Der Tempel der Christen. Goettingue, D. Hendricks Obery Mack, Jr. A Socio-Rhetori-. Hinten V. Een semantische en intertekstuele analyse.

Prudential Control in the Spirit-. Filled Corinthian Community, Yale, Ph. Jones Larry P. A Literary and. Theological Study, Vanderbilt, Ph. An Exegetical and Theological Study of Hbr 5,11 - 6,12 , p. Kim Panim, Die Heilsgegenwart bei Paulus. Eine religionsgeschichtlich-. Narrative Analyse zu. Joh 13,1 - 17,26, p. Konradt Matthias, Christliche Existenz nach dem Jakobusbrief. Eine Stu-. Pawia Apostota Der religionsgeschicht- liche und semantische Hintergrund soteriologischer Substantive in der paulinischen Briefliteratur , lxiv p.

A Literary Study of Mark. Lodge John, Romans A Reader-Response Analysis, p. Lopez F. Xavier, La figura de la Bestia entre historia y profecia. A Study in the. Manzi Franco, Melchisedek e l'angelologia nell'Epistola agli Ebrei e a. Qwnran, p. Analecta Biblica, , Rome, Modica Joseph B. Navarro Puerto Mercedes, Undigo para la vida. Rm 8,, p. John, p. Oakes P. From People to Letter, Oxford, Ph. Oegema Gerbern S. Untersuchungen zur. Timothy and Aquila. Construct or Social Reality? Pichler Josef, Paulusrezeption und Paulusbild in Apg 13,, p. Graz, D. Die christologische Relevanz. Royalty Robert M.

The Imagery andldeology. Ryan Judith M. An Exegesis of Romans 11, Fordham, Ph. Kristologia ja soteriologia jaksossa 2. Christologie und Soteriologie im Abschnitt 2 Kor 5, , p. Suomen eksegeettisen seuran jul- kaisuja, 63 , Suomen eksegeettinen seura, Issn Schenck Kenneth, The Settings ofthe Sacrifice. Eschatology and Cosmo-. Schlutter Astrid, Die Selbstauslegung des Wortes. Selbstreferenz und.

Fremdreferenzen in der Textwelt des Johannesevangeliums, p. Christinnen und Christen. Welt in der Spannung zwischen 1 Petr 3,15 und dem Zusammenbruch der Biosphare, p. Zur Funktion der. Studien zur Rezeption der. Slater Thomas Bowie, Christ and Community. A Socio-Historical Study. Trela Janusz, Przypowiesci Jezusa Mk 4 a starotestamentalne i rabinackie.

Prospettive di let-. Analecta Biblica , Rome, Een confrontatie met. Vargas Niceta M. An Exegetical Analysis of. John , 2 vol. Vaz Harold A. Human Concerns and the Christian. Pursuit of God's Kingdom and Righteousness in Mt , p. Winter Dagmar, Das Differenzkriterium in der Jesusforschung, p. Heidelberg, D. An Inquiry into the. Voir aussi les nos 9, , Augustin, p. A Rhetorical. Carefoote Pearce, Augustine, the Pelagians and the Papacy. An Exami-. Christakis Christos, Parthenia. The Teaching ofthe Cappadocian Fathers.

Brill, Jahrhunderts, Marbourg, D. Das Zeugnis der christlichen Quellen, p. Forschungen zur antiken Sklaverei , Stuttgart, Steiner Verlag. Haley Judy, The Politics of Unity. Envoy and Audience in the Letters of. Ignatius to Smyrna, Harvard, D. Letsch-Brunner Silvia, Marcella. Discipula et magistra. Das Leben einer. Ein Beitrag zur Kirchengeschichte des 4. Jahrhunderts, Zurich, D. Loessl Josef, Intellectus gratiae. Die erkenntnis-theoretische und herme-.

Vigiliae Christianae. The Tea-. Die verschiedenen Betrachtungsweisen der Heilsverwirkli-. Early Fifth Century Minorca. Stramara Daniel, Unmasking the Meaning of Prosopon. Prosopon as Per-. Louis, Ph. Eine Schrift. Wallraff Martin, Der Kirchenhistoriker Sokrates. Untersuchungen zu. Aspetti antropologici, Rome, Santa Croce, Teol. Voir aussi les nos , , Accrocca Felice, L'immagine di san Francesco d'Assisi in scritti dei. EccL, , Fois M. Auffarth Christoph, Mittelalterliche Eschatologie, p.

A Systematic Study ofPerson. Victor tll73 , p. Thomas Aquinas on God's. Theologische Relevanz. Bibliotheca Victorina , Turnhout, Brepols. Klaassen A. Geor- gen, D.

Journal | SE17 / NASSCFL

Murray Ellen, Tears. Symbol of Conversion in the Writings of Catherine. Victor, p. Williams Anna N. Yale, Ph. Zas Friz Rossano, La teologia del simbolo de san Buenaventura, p. Voir aussi les nos , , , , , Atwood Craig D. Life and Liturgy in Zinzendorfs. Bethlehem, Princeton, Sem. Flugschriften der fruhen Reformation, Goettingue, D.

Die Ablasstheologie Kardinal. Ihr Verhaltnis. Kirchenzucht und. The Controversial. Reformer, p. Untersuchungen zu seiner. Deutung im deutschsprachigen Protestantismus des Morales Martin Maria, Los comienzos de las reducciones de la Pro-. Die Christologie des Thomas de Vio.

Cajetan, p. Cornelio Musso. Pauls R. Melanchthon en de kunst van de herhaling. Spruyt B. Eucharist , Leyde, Ph. Udovic Edward R. Washington, Ph. Der Reforma-. Voir aussi les nos , , , , , , , , , , The Bible. Revista Internacional de. Ein Lebenfur Kirche und. Gemeinschaftsbewegung, Bethel, D. Henry Newman. A Basis for his Phenomenology of Belief, p. Heap N. Towards the Restoration of a Portrait, Oxford, Ph. Eine refor-. Johnson Kathryn L. Avoiding Lessing's Ditch. Ein konservativer Kir-. Meiattini Giulio, Sentire cum Christo. La teologia deli 'esperienza cris-.

Neenan Benedict T. Cultura y religion. Noss Peter, Martin Albertz. Wirkungskreise eines Theologen und Kirchen-. La teologia del. Pagani, P. Mola, L. Aliprandi, L. Tosi, G. Giudici, L. Lodigiani, G. Vertua , p. Raupp Werner, Christian Gottlob Barth. Studien zur Biographie und. Jahrhun- derts, p.

Fonti e sviluppo nell'insegna-. Ereignisse, Strukturen, Personen, Francfort, Skt. Schweda Torsten, Kirchliche Strukturentwicklung in der Stadt. Die Evan-. Jahrhunderts bis , p. Harburger Jahrbuch, 20 , Theologische Zeitsdiagnose. Wall Richie Monroe, Jr. Yorty Thomas H. Zimniak Stanislaw, Salesiani nel Mitteleuropa. Zitt Renate, Zwischen innerer Mission und staatlicher Sozialpolitik. Voir aussi les nos 6, 13, 15, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Theological and Ecclesial Argument , 2 vol, et p. Ambadam Rappai, From Vicariates to Hierarchy.

A History of the Syro-. Connell William L. Christian Front, Washington, Ph. Ihre Sichtung und kritische Wurdigung, Erlan- gen, D. Une recherche sur le Vicariat apostolique du Haut- Congo , 3A1 p. Kasabula Tadeusz, Ignacy Jakub Massalski jako biskup wilenski Laine Esko, Yksimielisyys - Sota - Pietismi.

Tutkimuksia suomalaisesta. Studies in Society and Clergy in Finland , p. Link-Wieszorek Ulrike, Inkarnation oder Inspiration? Analyse und Dis-. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Heidelberg, Hab. Church Architecture Society. Nino Francisco Antonio, La Iglesia en la ciudad. Pellicciari Angela, L'attacco alla Chiesa condotto dalle aule. Schade Herwarth Frhr. Hamburgische Gesangbuchgeschichte, p. Lateranense, Strahm Dons, Vom Rond in die Mine.

Christologie aus der Sicht von Frauen. Voir aussi les nos , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Dobbs J. Reiss Wolfram, Die Grundlage der Erneuerung in der koptisch-orthodoxen. Die Geschichte der koptischen Sonntagsschulbewegung und ihres Beitrags zur Erneuerung der koptisch-orthodoxen Kirche in der Gegen- wart, p. Sharam E. The Corporate Identity of Christ in.

Voir aussi les nos , , , , , , Haro , et 86 p. Harrell Charles, St. Basil the Great as Icon. A Study in Late Antique and. Iacobone Pasquale, Mysterium Trinitatis. Dogma e iconografia nell'Italia. Voir aussi les nos , , , , Histoire de la liturgie. Henner Jutta, Fragmenta liturgica Coptica. Editionen und Kommentare. Jahrtausends, p. Johnson Todd, In Spirit and Truth. Pneumatology, Modernism and their. Knodt Gerhard, Leitbilder des Glaubens. Hagiologisch-liturgische Stu-. Syrian Liturgy, xlvi p. L 'eucologio bizantino di Porfyrio Uspensky, lv p.

Lara James R. Stational Liturgy. Ouwens K. Missen en Gezangen De basis. Messes et chants La base du chant vieux-catholique aux Pays-Bas , p.

Numéros en texte intégral

Oud- kath. Boekenhuis, Isbn Pentkovsku Aleksej, La versione russa del Typikon del patriarca Alessio. Ruth J. XI-XII, p.


  • Tap Dance Made Easy Vol 1: Basic (Streaming Video Edition)!
  • Institut de recherche Religions, Spiritualités, Cultures, Sociétés (RSCS).
  • SE17 / NASSCFL.
  • Aristotles Metaphysics Beta: Symposium Aristotelicum (Symposia Aristotelia);

Stackhouse Rochelle A. Change in the Early Republic, Drew, Ph. Wrr Zbigniew, Troska liturgiczna o czlowieka chorego w swietle polskich. Zur mittelalterlichen Ge-. Voir aussi les n08 , , , , , Assisi, p. Angle Siddika Patricia, Angel to Apostle. Models of Spirituality for Single.


  • Numéros en texte intégral.
  • Moonlighting (Little Black Dress)!
  • Table of contents.
  • The Frown of Fortune: A Luke Tremayne Adventure...A French Affair 1653.

Babjak Jan, P. Michal Lacko, s. Hoe de franciskaanse. L'introduzione dei trappisti. XI, Castellon Covarrubias Jaime A. La espiritualidad del Padre Alberto Hurtado Cruchaga, s. De praktijk der godzaligheid TA. Tekstuitgave met inleiding, vertaling en commentaar Gisbertus Voetius. A Theology of. Hope, p. Luther ans, the New. South, and Cultural Change, , Duke, Ph. Agostinoper i laici. Park T. Marco Marulic, p.

Pauli Judith, Menschsein und Menschwerden nach der geistlichen Lehre. Ottilien, EOS Verlag, Robinson Richard D. Eliot' s. Srtjerna Kirsi, St. Birgitta of Sweden. A Study of Birgitta's Spiritual. Visions and Theology ofLove, Boston, Ph. Voir aussi les nos , , , , , , , , , , , Histoire des missions. Galumbulula F. Mas son et A. Apartheid South Africa, p. Das Inkulturations-.

Sun Xiao-Ping, Dao fur Logos. Histoire des religions. Its Text and. Zoroastrism in Greek and Latin Lite-. Elmore Gerrald T. Jaffe Richard M. The Laicization ofthe Japa-. Weinstein S. A History ofHindu. Ein Kommentar zu den. Schwartz Detlef, Begegnung mit Gott. Der Ertrag von Rudolf Ottos Arbeit. Voir aussi les nos 39, 64, , , , , , Erlangen, D. Felten Engelbert, Die Sicht der Kirche. Fundamentaltheologie der Gegenwart, p.

Grzywacz Krzysztof, Urzeczywistnianie swietosci w Kosciele. Studium na. Hayes Michael W. Thought of Rosemary Haughton, Washington, Ph. Huang Daniel P. Henry Newman , Washington, S. Expertinnen in Kirche und. Bamberger theologische Studien , Francfort, P. Korfmacher Klaus, Romano Guardini.

Ekklesiologische Aspekte eines. Lapoorta Japie Jimmy, Unity or Division? The Unity Struggles of the. John Zizioulas, p. Studio sul. Lateranense, , xxm p. Rice Patrick, Social Transformation. The Ecclesiology of Juan Luis. Segundo, Fordham, Ph. Sonnberger Klaus, Die Leitung der Pfarrgemeinde. Eine empirisch-theo-. Henri de. Lubac, 2 vol. La position de Henri de Lubac, dans E.

Bauerochse Lothar, Gemeinsam leben lernen. Zwischenkirchliche Part-. Beuker G. Leben und Wirken. Henricus Beukers , p. Chapman Mark E. The Ecclesiology ofthe Faith and. Order Movement , Washington, Ph. Dam H. Zur Strukturver-. A Case Study in. American Adventist Worship Renewal , p. C, McFarland Ian A. A Proposai for an Eccle-. Study ofthe Problem of Doctrinal Development, p.

Vaverek V. Baptist Thought and Practice. Ecumenical Possibilities from a Roman. Catholic Perspective, Rome, Angelicum, S. Voir aussi les nos , , , Buntfuss Markus, Tradition und Innovation. Die Funktion der Metapher. Luthers Erfahrungsbe-. Diekmeyer Gerhard, Wort Gottes und christ liche Gewissheit. Zum Schrift-.

Navigation

Brock- haus. Du Ton S. A Dialogue between. Fundamental Theology and Contemporary Science, p. Zur Korrelation von Offenbarungsgehalt und Vermittlungsgestalt im Kontext der entfalteten Moderne, p. Adam Anton, Ku personalistycznemu rozumieniu iaski. Studium z charyto-. Vincent Granat , xxi p. Context, Yale, Ph. Ekklesiologische Aspekte des Laute-. Bauke Jan, Die Allmacht Gottes. Beelecki Jerzy, L'uomo corne figlio adottivo di Dio in Cristo per la grazia. Thomas Aquinas Sources. A Transfor-. Project ofJuan Luis Segundo. A Study of the.

Four Pre-Modern Christian. Frascati Marta, The Kenosis of Feminism. An Exploration of Christian. Freudenberg Matthias, Historia vitae magistra. Corona Lateranensis, 40 , Rome, Pont. Gray A. An Analysis of Some Twentieth Century. Groves P. Heggen Bruce, A Theologyfor Earth. Herrmann Christian, Unsterblichkeit der Seele durch Auferstehung. Der Weg. Un chemin vers la. Irigaray Ricardo Luis, Tolkien y lafe cristiana, p. The Destiny of the Saints.

Johnson Steven D. Narrative, Drew, Ph. Jordan Shirley F. Genesis, Yale, Ph. Kaggwa Robert, Koinonia. The Triune God and Mission. A Critical Study. Moltmann's andJ. Kallen Werner, In der Gewissheit seiner Gegenwart. Dietrich Bonhoeffer. Kasjaniuk Elzbieta, Rekapitulacja chrystologiczna w nauczaniu Jana. Uncovering and Relat-. A Study in the Relation of. Korczynski Maciej, Teologia kosmiczna w pismach Pseudo Dionizego. Labeque Marcel H. Una relectura de Gustavo. Lens Patrick, De eniggeboren Zoon.

Die samehang van. Bilanz und Anfrage, p. La cristologia neo-. Autobiography as. Apocalyptic Paradigm, Virginia, Ph. Parmentier Elisabeth, Les filles prodigues. A Gadamer-. Polo Madero Eduardo, Las rupturas del pecado. Historia de un esquema. Analyse et critique de. Purcell Michael, Mystery and Method. The Mystery of the Other and its. L'Incarnation entre le. Un essai de christologie, Bruxelles, D. Die systematisch-theolo-. Das Problem von Freiheit und Natur. Saporiti Angelo, Mysterium Mortis. Die systematische Bedeu-. Eine Untersuchung zu.

To report this review as inappropriate, please complete this short form.

Richard von St. Victors, p. Siebenrock Roman, Wahrheit, Gewissen und Geschichte. Eine systema-. Sikora Janusz, Nowe nurty eschatologii w polskiej literaturze teologicznej. Solberg Mary Melinda, Compelling Knowledge. Toward a Contemporary. Karl Barth's Christology, p. Spukerboer A. Storingen in de hermeneutiek. Rahner und W. Pannenberg , p. Stekel Hanns Christian, Existenz und Transcendenz.

Theologische Aspekte. Torre Giuseppe, La soteriologia nella riflessione cristologica di Bernard. Troch Lieve, Verzet is het geheim van de vreugde. Een studie van zijn. A Study on his View on Man and God , p. Vervooren Franciscus Johannes, De stille hoop van het verlangen. Wiercinski Andrzej, Der Dichter in seinem Dichtersein. Versuch einer. Wojtkiewicz Krzysztof, Personalizm sw. Voir aussi les nos 9, 10, 14, 16, 37, 87, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Anderwald Andrzej, Problem udziaiu nauk przyrodniczych w procesie.

Point Loma. Theosophists and American Culture, , Virginia, Ph. A psicologia. Ein Diskurs und seine. Foster Patrick, The Paradigm of the Symbol. Twentieth-Century Thought, California, Ph. Principe protestant et. Key Issues in the. Hettema Th. Narrative Theology and Ethics in the. Jacobson William Harold, Preaching as Mimesis.

The Importance ofPaul. Kim Chungwook, Perchings and Flights. John Dewey and Julia Kristeva. Lato Zbigniew, Apologia chrzescijanstwa wedlug sw. Jana Bosko L. Eine theologische Studie zum. Religionsbegriff in der Philosophie Theodor W. Adornos, p. McCutcheon Russel, Manufacturing Religion. The Discourse on Sui. Mauler Joyce J. Reprise de la. Ene se presente sons la forme d'un groupe episcopal. Dans ce groupe, s'eleve l'ecclesia beatae Mariae ou ecclesia Christi Genitricis.

C'est l'eglise oil l'eveque vient prier, oil il siege et oil il reunit Ie synode. Dans cette eglise, reposent les reliques de sainte Marie l'Egyptienne et de saint Etienne apportees de Rome par Eleuthere. A proximite, au nord semble-t-il, se dresse Ie baptistere.

En effet, la guerison du lepreux Peritius s'opere adjanuam templi quae illis diebus vocabatur Mantilia quae respicit fluenta Scaldis, a la porte du temple designee alors sons Ie nom de Mantile, porte qui s'ouvre vers l'Escaut; Ie lepreux y attendait Ie passage de l'eveque un jour oil Ie bapteme anait etre confere. Au-dela de l'eglise Sainte-Marie, se dresse la basilica beati Stephani protomartyris.

Ene est situee post ecclesiam Christi Genitricis. Le groupe se complete probablement par la maison de l'eveque. La Vita alia en parle en la situant dans la vine fortifiee sans autre precision: aula sua quae in oppidano loco continebatur. Avant de mourir, Eleuthere se preoccupe du sort des eglises qu'il avait construites a l'interieur des murs: ecclesias quas infra muros construxerat. II demande a Dieu de garder et. Au debut du IXe siecle, Ie groupe episcopal merovingien se trouve modifie par l'installation du Chapitre cathedral dans des locaux plus appropries aux nouvelles exigencesde la legislation religieuse franque, et plus particulierement de la regula canonicorum d' Aix-Ia-Chapelle.

Ace sujet, J. II, Bruxelles, ,p. VI , p. On verra a ce sujet H. Ferdinand Lot, Paris, , p. II, Anvers, ,p. Clovis Brunel, t. I, Paris, ,p. On en retiendra en outre ce passage,p. Constatant que celie adaptation ne pouvait se faire sans empieter sur Ie fiscus voisin, il aura sollicite une donation du pieux empereur On connait la generosite de l'Empereur a l'egard des eglises; peut-etre la donation des murs et de certaines voies publiques de Reims a l'archeveque Ebbon, pour la restaura-. Le souverain lui cede a cet effet trois lots du domaine royal 36,a savoir line terre fiscale de 79 perches de perimetre, line autre de 99 perches de perimetre qui etait jusqu'alors tenue en benefice ou en fief par un certain Werimfredus, line troisieme de 32 perches de perimetre que Ie comte Hruoculfus tenait de l'empereur in ministerium.

II est tres difficile de calculer la consistance reelle de cette donation: Ie chanoine J. Warichez l'a estimee a 2 hectares environ 37,ce qui para it a premiere vue admissible, si l'on considere que la superficie actuelle de la cathedrale est de 0, II semble qu'on en ait profite pour edifier line nouvelle eglise episcopale.

En effet, dans line vie de saint Amand en vers, dite Carmen de Sancto Amando, redigee entre et , l'ecolatre Milon de Saint-Amand celebre en termes ampoules la prosperite de la ville qui se releve de ses ruines, grace a son commerce fluvial et a des avantages d'un autre ordre : la possessiond'un siege episcopal et Ie depot de precieuses reliques. Milon precise que, pour abriter Ie siege de l'eve-que, un temple gracieux s'eleve in media arce, tandis que les reliques de saint Nicaise reposent a proximite in urna preciosa, dans un mausolee precieux : arbs fuerat quondam, quod adhuc vestigia monstrant,.

Funditus ah! C'est sans doute de ce temple qu'il est question dans un diplome de Charles Ie Chauve, date du 25 juillet Ratifiant la scission des mensesepiscopale et capitulaire et limitant provisoirement a trente Ie nombre des chanoines41, l'empereur, ala demande de l'eveque de Noyon et de Tournai Immon, confirme aux chanoinesla possessiondes biens destines a l'usage de l'ecclesie sancte Dei genitricis Marie semper virgin is ejus in hanDle in prefata civitate Tornacosite. On sait que quelques anneesplus tard, vers la fin du siecle, au temps de l'eveque Heidilon, la basilique de Saint-Etienne etait en mine On ignore tout de sa destinee.

II est possible qu'elle se soit maintenue jusqu'au XIIe siecle et qu'elle dispamt alors pour faire place a la grande cathedrale romane. Le souvenir de saint Etienne etait encore vivace au XIII 6 siecle puisque Ie maitre-autel du chreur gothique flit consacre au premier martyr Le site. Amandi, III, 2, dans M.

I, Paris, , p. On corrigera, a la suite de cet auteur, la date traditionnelle du 24 juillet Dans l'etat actuel des connaissances,il n'est pas possible de la sittler exactement par rapport a l'enceinte gallo-romaine; Ie trace de celle-ci etant lui aussi mal connu. L 'orientation. On ignore pourquoi Ie chanoine D. Waucquier situe Ia cathedrale primitive dans I'axe du transept actuel La titulature.

En adoptant comme patrons Notre-Dame et saint Etienne 45,la cathedrale de Tournai ne s'eloigne pas de la pratique de nombre de cathedrales de la Gaule 48, Note d'histoire. A partir d'une date proche de , une grande cathedrale romane s'eleve sur l'emplacement des eglises episcopales anterieures; la net romane est consacreeIe 9 mai Sur ces reliques, on verraJ. On y ajoutera P. XI , ,p. Le chroniqueur Heriman de Tournai verB et en puis, une vingtaine d'anneesplus tard, l'auteur des Historiae Tornacenses49signalent l'existence d'une eglise Saint-Pierre qu'ils qualifient de media urbe.

Cette donnee peut etre retenue parce que s'inscrivant dans un cadre general. II est interessant en effet de signaler que, d'apres leg etudes recentes de H. Atsma, vingt-et-un monasteres urbains feminins existent, II. Reims dedies II. Soissons,un II. Laon, un II. Amiens et un II.

Noyon, ronde par saint Eloi, eveque de Noyon et de Tournai. Ce dernier monastere est egalement dedie II. II n'est done pas un temoin original. LXII ,p. Les memes auteurs attribuent a l'eveque de Noyon et de Tournai Fulcher, vers , la dilapidation dont rut victime cette eglise.

Le prelat en distribue les biens a des chevaliers noyonnais pro captanda benevolentiaforum On pent retenir cette presentation de la secularisation des biens du Chapitre cathedral au xe siecle. On pent considerer qu'a partir de ce moment, l'eglise Saint-Pierre ainsi que ses dependances firent a nouveau partie du patrimoine de la cathedrale Ce Godefroid fils de Goisbert pourrait bien etre un descendant des chevaliers noyonnais dont il vient d'etre question.

La plus ancienne confirmation pontificale des biens du Chapitre cathedral, en , donne la premiere place apres l'ecclesia, c'est-a-dire la cathedrale, a la capella sancti Petri cum pertinentiis suis M. Elle a disparu aujourd'hui et son sons-sol n'a pas encore ete interroge. On ne possede done aucune indication d'ordre archeologique ni sur l'eglise romane, ni sur les edifices qui l'ont precedee. Saint-Pierre occupait dans la vieille ville une position centrale.

Elle etait etablie a l'interieur des murailles gallo51 Ci-dessus,note Si l'on se refere a la disposition de l'eglise romane, on peut considerer que l'eglise Saint-Pierre etait orientee selon un axe nord ouest-sud est, parallele au cours de l'Escaut. L 'eglise est placee sous Ie patronage du prince des apotres dont Ie culte est tres ancien: saint-Pierre etait Ie patron de Ia premiere eglise episcopale de Reims. L'antiquite certaine de cette eglise sise au creur de Ia vieiIIe viIIe fait penser qu'il etait un des premiers patrons de Ia communaute chretienne de Tournai.

Note d'histoire. La petite eglise romane Saint-Pierre traversa leg siecles sans grandes transformations. Malgre la vive opposition de ses paroissiens, elle cessa d'etre Ie siege d'une paroisse lors de la nouvelle organisation du diocese de Tournai en Elle devint a ce moment line succursalede la paroisse NotreDame. En , Ie maire De Hasse y etablit des cuisines pour la confection de soupes economiques distribuees aux indigents. Apres l'avoir affectee ensuite au culte de l'Eglise Heformee, l'administration communale la fit demolir en en vue d'etablir sur son emplacement un marche couvert Mbls n est plus que probable que Ie portus de Tournai se trouvait a l'interieur desmurs, sur la rive gauchede l'Escaut.

Voir a ce sujet F. Elevation et coupe dansA. Le projet ne fut pas realise. Au cours du XIXesiecle, l'administration fit detruire les maisons du quartier et crea ainsi l'actuelle place Saint-Pierre. Les fouilles menees en SOliSIe sol de l'eglise Saint-Piat a l'occasion de travaux de restauration ant ete particulierement fructueuses; elles ant permis de recueillir des elements de toute premiere importance sur les origines du Christianisme dans nos regions.

Les resultats en ant ete presentes a partir de Les chercheurs sont parvenus a retrouver les etapes suivantes dans l'occupation du site. Au point de depart, line zone habitee a l'epoque romaine. Occupee au premier siecle et au debut du second par des tosses et des batiments en bois, elle Ie flit ensuite par des batiments en dur.

Cette zone est bientot detruite, comme en temoigne line caliche de demolitions. Elle est reutilisee comme necropole extra muros Les sepultures qu' on y trouve presentent les caracteristiques habituelles des tombes du Bas-Empire. L'une d'entre elles, de dimensionsrestreintes 1,40 x 0,40 m. Elle avait ete videe avec soin de son contenu. Vers Ie milieu du IVe siecle, un caveau en pierre est eleve au-dessuset en fonction de la tombe susdite; ce caveau est lui-meme abrite dans un espacesans doute couvert de bois.

On aura reconnu la line memoria autour de laquelle d'autres sepultures viendront prendre place. Repertoires archeologiques, serie A, XII , p. On se reportera surtout a l'ouvrage cite en note 7 de M. RoosENSa eu l'amabilite de presenterl'essentiel des resultats des ,a l'occasion de l'exposition commemorantIe ge centenaire de la consecrationde la cathedrale de Tournai. RoosENs,dans Tresorssucres,p. Au debut du VIe siecle, celle-ci est remplacee par une eglise a trois nets, de plan presque carre 13,70 x 13,20 m.

Cette basilique est pourvue d'un pavement en beton couvert d'un badigeon de couleur ocre. Elle est precedee d'un narthex. Le mobilier funeraire Ie plus significatif est celui de la tombe d'une jeune rille portant une paire de boucles d'oreilles en or, un collier compose de petites perles en verre transparent a reflets jaunatres et sur leg cheveux un voile orne de broderies a fils d'or; un vase biconique se trouvait a hauteur des jambes.

Les boucles d'oreilles sont d'un type assez rare sembiable a celui des boucles d'oreilles trouvees dans la sepulture de la reine Aregonde a Saint-Denis La defunte appartenait vraisemblablement a l'aristocratie merovingienne de Tournai. Cette sepulture permet d'avancer que l'eglise rut construite au plus tard verB A une date indeterminee, mais situee dans Ie haut moyen age, cet edifice est transforme par l'ajout de quatre travees, deux au nord ouest, deux au Bud est.

Au XIe siecle, entin, une eglise romane prend la place des edifices anterieurs. La confirmation des biens du Chapitre cathedral de Tournai, en , donne a la capella Sancti Piati, la secondeplace dans la liste des autels. L'eglise Saint-Piat s'eleve au sein d'un quartier habite a l'epoque romaine. II etait traverse par la chausseeBavai-. Roosens attribue a ces boucles d'oreilles une origine mediterraneenne ou byzantine dans M.

Ce texte est reproduit ci-apres, p. Cassel dont Ie trace pouvait coincider avec l'actuelle rue Saint-Fiat. C'est a ce moment que des sepultures sont creusees sur Ie site de la future eglise. L'eglise est orientee comme la cathedrale selon l'axe longitudinal de la cite. Elle s'etend du nord ouest vers Ie sud est. II est interessant de signaler que cette orientation correspond it celIe de la tombe d'enfant autour de laquelle l'eglise fut batie. La premiere mention de saint Fiat se trouve dans la Vita Eligii Ene appartient, semble-t-il, aux elements de la vita prima incorpores au Vllle siecle dans un texte remanie.

Le texte nous apprend qu'au debut de son episcopat, done aux environs de , Eloi retrouve a Seclin les reliques de saint Fiat et les propose a la veneration des fideles. La sobriete de ce texte fait penser que deja a ce moment, on ne savait plus rien de ce missionnaire sinon son nom, son martyre et Ie lieu de son repos Nole a'hisloire. Reconstruite au Xle siecle, Saint-Fiat a garde jusqu'aujourd'hui line partie de ses murs romans.

L'eglise flit agrandie au Xllle siecle par la construction d'un chreur gothique en forme de triple halle et d'une abside gothique. Au XVIIe siecle, on ajouta a l'ensemble deux vastes chapelleslaterales. L'eglise flit restauree en et Edition utilisee: B. IV, p. L 'eglise Saint-Quentin a ete l'objet de deux campagnesde fouilles, apres sa destruction en mai SOliSl'edifice actuel, leg archeologues ont retrouve des tombes romaines appartenant a line vaste necropole utilisee du premier au quatrieme siecle Lors de son abandon, cette necropole flit recouverte d'une couche de terre noire conservant Ie relief naturel du terrain.

Apres line occupation a caractere indefini, on eleva sur l'emplacement actuel de l'eglise line construction en materiaux durs que l'on pourrait deja qualifier d'eglise, l'edifice etant oriente comme leg eglisesulterieures. Une couche d'incendie pourrait temoigner d'une destruction violente. Plusieurs edifices ont pu se succeder jusqu'au moment oil l'eglise actuelle flit construite vers la fin du XIle siecle. La capella Sancti Quintini est mentionnee dans la confirmation pontificale des biens du Chapitre, en Le chroniqueur Heriman de Tournai, ecrivant vers cette epoque sa premiere redaction du Liber de restauratione Sancti Martini Tornacensis, rapporte a deux reprises line tradition selon laquelle l'eglise Saint-Quentin -tout comme celIe de SaintPierre, on l'a vu -, etait jadis Ie siege d'une congregatio Christo famulantium dont Ie patrimoine avait ete secularise par l'eveque de Noyon et de Tournai Fulcher Celles-ci provenaient des anciennes proprietes de Saint-Quentin: terre Quelques annees plus tard, en , Heriman reprendra Ie theme de la secularisation par l'eveque Fulcher dans son Encyclique ecrite a l'occasion de la scissionde Noyon-Tournai : Fulcherus episcopusduas ecclesiasfinitimas subvertit, videlicet beati Quintini de foro, in qua canonici commanebant L'eveque Fulcher se voit reprocher la dilapidation des biens de l'eglise Saint-Quentin-du-marche, qui etait desservie par des chanoines.

L'eglise Saint-Quentin s'eleve au centre d'un vaste cimetiere. On peut penser qu'un lien existe entre cette aire funeraire et la premiere eglise construite sur son emplacement. En effet, l'une se dresse a proximite de l'Escaut, l'autre a cote du rempart; aux frontieres, l'une et l'autre, de la ville. La presencede ce marche aux portes de l'eglise aura line influence sur sa destinee. Les fouilles ont etabli que les premieres eglisesconstruites a I'emplacement de Saint-Quentin avaient ete orientees. C'est au XIIe siecle que l'on renonc;aa cette disposition traditionnelle.

La construction du mur de la deuxieme enceinte de Tournai amenela demolition de l'abside sisea l'est.

Bible 1 — Présentation de la Bible et du but de ce cours

C'est ce qui explique que Saint-Quentin se presente actuellement selon l'axe slid est-nord ouest; elle est done contre-orientee, c'esta-dire que son chreur est tourne vers l'ouest tandis que sa porte principale s'ouvre vers l'est. Le patron de l'eglise appartient a la premiere generation des missionnaires qui apportent l'Evangile dans leg terres du nord de la Gaule, a la fin du lIIe siecle.

Les reliques de saint Quentin furent, elles aussi, eleveespar saint Eloi au debut de son episcopat. Reconstruite au Xlle siecle, l'eglise Saint-Quentin joua par sa situation un role important dans l'histoire religieuse de Tournai. Le tapissier Pasquier Grenier la fit agrandir au xve siecle en dotant Ie chreur d'un deambulatoire et de trois chapelles dont l'une, la chapelle axiale, devint la chapelle funeraire du fondateur et de sa famille Detruite par Ie bombardement de mai , l'eglise SaintQuentin rut entierement restauree au lendemain de la guerre.

L'auteur de l'une des versions des Historiae Tornacenses signale vers la presence d'un cimetiere sur les terres de l'abbaye avoisinant l'eglise abbatiale. On y decouvre frequemment des sarcophagessomptueux faits de plomb et de pierre: cuncta terra de circuitu ecclesie,quam dum agri67 Sur tout ceci, on verra J. Etude archeologique,Annales de la Societe d'histoire et d'archeologie de Tournai, t. La presence de ce cimetiere s'explique, poursuit-il, par la coutume d'inhumer leg morts en dehors de la ville: auditu comperimus,priscis temporibusinfra murosnonnullarum civitatum cadaveramortuorum nequaquamsepulture tradere, sed foris cimiterium haberi, ubi corpora deferebantur humanda; quod et nunc observatur Lauduni; Remis quoque antiquum cimiterium extra muros demonstratur.

Quam consuetudinem in Tornaco viguisse, antiquiores nostri dixerunt omnemquesepulturam huius civitatis antiquitus in hac ecclesia fuisse affirmaverunt En , des soldats allemands creusant des tranchees dans Ie pare de I'Hotel de Ville de Tournai, qui a prig la place de l'ancienne abbaye de Saint-Martin, remirent au jour la necropole. Des sondageseffectues en , et , ainsi qu'une fouille plus systematique en , ont permis la decouverte de tombes a inhumation datant du IVe au VIle siecle. Elles sont dans l'ensemble de type merovingien C'est a proximite de ces tombes que s'elevait l'eglise abbatiale.

On dispose d'un certain nombre d'indications concernant leg origines de cette eglise, grace au Liber de restauratione Sancti Martini Tornacensisd'Heriman. Lorsqu'il ecrit, l'abbaye, de fondation recente, se considere comme la continuatrice d'une communaute religieuse plus ancienne, tempore persecutionisWandalice On gait d'ailleurs qu'a la fin du Xle siecle, Saint-Martin etait line ecclesiolaabandonnee oil Ie pretre de Saint-Piat ne celebrait Ie culte que rarement: Ipsa vera ecclesiolaad tantam solitudinem fuerat redacta, ut nullum omnino fieret in ea divinum officium, quoniam nec presbyteri qui parrochiales ecclesias eiusdem urbis tenebant in ea missam cantare valebant,utpote nullo supervenientequi eis ibi aliquid offerret.

Pauperessolummodo, qui nichil penitus habebant,et procul a parrochiali68Edit. Tuncque superveniens presbyterde virina sancti Piati ecclesiaeossepeliebatet si quid ab aliquo fideli forte oblatum fuisset asportabat Pour asseoir davantage les pretentions de son abbaye a recuperer les antiques possessionsde cette eglise, Heriman rapporte des recits qui attribuent a saint Martin et a saint Eloi un role dans l'histoire de sa fondation.

Elle aurait ete l'reuvre du saint eveque de Tours qui au cours de sesperegrinations apostoliques se serait arrete en cet endroit pour prechef et accomplir des miracles. Plus tard, saint Eloi aurait construit la premiere eglise et l'aurait enrichie d'une precieuse relique : une dent de saint Martin A l'appui de sa these, Heriman relate les declarations d'un chanoine de Notre-Dame de Tournai du nom d'Erbald qui, malade, s'etait retire dans la nouvelle abbaye de SaintMartin.

Ce dernier leur apprit qu'il avait lui-meme rencontre bien souvent in quibusdamvetustissimis membranisinfra amhilum ecclesie beate Marie repositis, c'est-a-dire parmi les chartes que conservait l'eglise cathedrale, des pieces concernant les possessionset les revenus de l'eglise Saint-Martin et les serfs qui en dependaient Au debut du Xlle siecle,la capella de Saint-Martin passedes possessionsdu Chapitre cathedral aux mains des moines qui la desservent.

L'arenga d'un acte de l'eveque Everard d' Avesnes, du 18 aout , rappelle encore les liens qui unissaient celie eglise au patrimoine de l'Eglise de Tournai: ecclesiam beati Martini, que de gremio sancte Tornacensisecclesieprodiit in lucem L'eglise Saint-Martin s'elevait a proximite de la routeArras-Tour en dehors des premieres enceintes de la ville.

I, Bruxelles, C. Si l'on se base sur l'orientation adoptee par leg eglises leg plus recentes, l'eglise primitive etait orientee selon Ie me-me axe que la cathedrale. Ene s'etendait du nord ouest vers Ie sud est. Le succesdu culte de saint Martin en Gaule est bien connu. L'eglise Saint-Martin a tenu au tours des sieclesune place eminente dans la vie tournaisienne.

L 'eglise rut detruite completement en pour faire place a quelques maisons separeespar line ruelle dite aujour78 Le plan de Tournai reproduit dans G. IV, , et celui qui figure dans L. Lors de la reconstruction de J'abbaye, au xvne siecle, la nouvelle eglise occupera l'emplacement de la precedente, prolonge Jusqu'a front de la rue Saint-Martin. II, Munich, , p. On peut penser que salls Ie sol de celie ruelle et des parcelles voisines sont conservesleg vestiges des differentes eglises qui se sont succedeesen cet endroit.

Ce site n'a pas ete fouille jusqu'a present. Le sous-sol de l'eglise Saint-Brice a fait l'objet d'une recherche archeologique en et II est interessant de signaler que ces vestiges se situent SallS leg fondations de l'abside du bascote nord de l'eglise preromane, c'est-a-dire a quelques pas de l'endroit ou fut inhume Ie roi Childeric. Cette basilique possedait trois nefs. Elle mesurait en longueur 18,40 m. Les nefs laterales s'achevaient par des petites absides, en hemicycle, profondes de 2,40 m.

La nef centrale s'ouvrait sur un chreur dont leg elements avaient ete detruits lors du creusement de la crypte de l'eglise romane au XIle siecle. Ses murs, epais d'environ 80 cm. Les fondations presentaient en de nombreux endroits des materiaux romains de remploi. Le sol etait couvert de deux couches superposeesd'enduits, epaissesde 0,5 a 78P.

Tournai, egliseSaint-Brice. Les piles separant la nef centrale des bas-cotes etaient epaisses et rapprochees: on en comptait quatre de chaque cote. Quelques tombes appartenant a cette basilique out livre desvestiges merovingiens L 'eglise Saint-Brice est citee en dans une chronique cambresienne C'est vers cette epoque que rut entreprise la reconstruction de l'eglise en style roman; Ie noyau de celle-ci existe encore aujourd'hui. C'est sans doute apres , a la suite du Traite de Verdun que l'eglise Saint-Brice passa au diocese de Cambrai. VII, p. Elle est conservee en original a Lille, Arch.

I, Bruxelles, ,p. Original conserve a Lille, Arch. D'autres referencesa cet acte sont donneespar J. A propos d'un usagegregoriende la Chancellerieepiscopale,dans Hommagea la Wallonie. Melanges offerts a M. Arnould et P. Ruelle,Bruxelles, ,p. L 'eglise Saint-Brice se dresse a la limite d'un cimetiere romain dans une zone ou l'on a decouvert quelques tombes merovingiennes, a proximite immediate de la tombe du roi Childeric Elle est longee par la voie Tournai-Frasnes Le trace de la voie Tournai-Frasnes et la presence de la sepulture royale ont probablement impose Ii l'eglise SaintBrice son orientation sud ouest-nord est, perpendiculaire et non parallele au cours de l'Escaut.

Elle differe done de la cathedrale, de Saint-Pierre, de Saint-Piat et des autres eglises qui s'etendent du nord est au sud ouest. Venere par Clovis, il attire a son tombeau, au VIe siecle, les pelerins qui viennent prier saint Martin. Elle franchissait I'Escaut a I'aide d'un pont. Elle suivait ensuite I'actuelle rue de Pont. Ses agrandissementssuccessifs temoignent de son importance, comme sa tour puissante Ie proclame dans Ie paysage urbain de Ia rive droite de I'EscauL EIIe gardera son rang jusqu'a Ia fin de I'ancien regime Ravagee par I'incendie qui aneantit Ie centre de Tournai en mai , I'eglise Saint-Brice fut entierement restauree au Iendemain de la guerre.

La premiere mention de cette capella figure dans la confirmation des biens du Chapitre cathedral de 86; elle y occupe la quatrieme place, immediatement apres Saint-Quentin et avant Saint-Pierre de I'Hopital. Lorsque, en juin , l'archidiacre Jean Abraham y etablit un chapelain, l'oratoire Saint-Eloi est dit construit ex antiquo L 'edifice, reconstruit au tours des ages, fut demoli en partie en Lors de cette demolition, on retrouva la chapelle primitive, simple rectangle 11,85 x 3,85 m , termine par une abside en hemicycle.

Deux tombeaux proches l'un de l'autre furent decouverts a proximite de l'autel. On les considere comme les sepultures des fondateurs. Voir B. IV, , p. V, , p. Tous deux etaient couverts de grandes daIIes. Les archeologues Ies datent de Ia periode carolingienne. La chapelle Saint-Eloi s'elevait rue Saint-Martin, Ii gauche en montant cette voie, avant la Porte Prime, done en dehors des vieilles enceintes.

Saint Eloi, eve-quede Noyon et de Tournai, mourut Ie premier decembre Son culte s'est repandu tres rapidement dans toute la Gaule. Trois lieux de culte lui sont dedies dans la paroisse primitive de Tournai: la capella dont il est ici question et les eglises de Calonne et de Froyennes. En , un chapelain de la cathedrale, N.

Dupriez, la fit reconstruire. Fermee Ii la Revolution, puis rendue au culte en , elle fut vendue en au bourgmestre Alphonse de Rasse qui l'incorpora Ii son hotel. II subsiste aujourd'hui quelques vestiges de cette chapelle L 'emplacement de la chapelle Saint-Pierre-de-I'Hopital n'a jamais fait l'objet de fouilles. Sa premiere mention figure dans la confirmation des biens du Chapitre de la capella Sancti Petri hospitalis y occupela cinquieme place apres Saint-Eloi et avant Saint-Medard Ene tire sans doute son nom d'un hopital annexe a l'edifice.

La chapelle Saint-Pierre-de-I'HOpital s'elevait un peu en retrait de la rue Saint-Martin, en dehors mais Ii proximite des murailles de l'enceinte episcopale. La petite rue qui conduisait Ii la chapelle existe encore aujourd'hui: elle porte Ie nom de rue des Primetiers. Extrait des Annales de la Societehistorique et archeologique de Tournai, n. En , sur proposition des Consaux de Tournai, Ie Chapitre echangea la maison des Primetiers contre une autre installation en ville, afin de pouvoir y etablir une conciergerie et loger Ie gardien de la Halle.

L'ancienne chapelle disparut en , lors de la demolition de la Halle des Consaux. On en voit l'emplacement sur un releve de Bruno Renard execute en Diverses sourceslitteraires du milieu du XIIe siecle relatent leg origines mouvementees de la fondation de l'abbaye de Saint-Medard : la continuation du Liber derestaurationeSancti Martini Tornacensisentreprise apres ,la Summa fundationis monasterii nostri redigee entre et par un moine de Saint-Medard 98 et leg Annales Rodensesecrites peu apres par un moine de Rolduc Ce dernier document rapporte qu'aux environs de ,Ailbert, fils d'un noble d' Antoing, chanoine chantre de la cathedrale de Tournai, se 93A.

Renard ,Annales de Ia Societe d'histoire et d'archeologie de Tournai, t. Ce plan est reproduit a Ia figure 4. XIV, , p. On preferera toutefois I'edition en lac-simile de P. Aecclesia autem praedicta, ab ipso constructa sacerdote, sita est iuxta Thornacumab occidua civitatis parte, in quodam videlicet colle, a loco non longe Ne rencontrant pas Ie succesescompte, Ailbert partit en avec deux disciples pour la principaute de Liege, oil il fonda l'abbaye de Rolduc.

Faut-il voir dans l'oratoire d' Ailbert la capella Sancti Medardi 99mentionnee dans la confirmation des biens du Chapitre cathedral de ? On fera alors remarquer que celle-ci se trouve dans la partie est de la ville, et non ab occidua civitatis parte. Quoi qu'il en soit, en , sur l'invitation du Chapitre cathedral, Ie moine Oger du Mont-Saint-Eloi prend en mains la chapelle Saint-Medard pour y constituer une abbaye de chanoines reguliers. L'abbaye conserva toutefois la propriete de la chapelle Saint-Medard, comme en temoigne une bulle du pape Alex98P. Get auteur rapporte egalementque c'est dans celie chapelle que saint Amand, de passagea Tournai vers les annees, aurait ressuscite un criminel condamne a mort Ibid.

II, Maastricht, , p. Son avis est repris par C. Cuore, Miscellanea del Centro di studi medioevali, 3. L'eglise Saint-Medard est signalee apres l'eglise abbatiale: locum in quo ecclesiaipsa situ est, cum omnibus pertinentiis suis; capellam Sancti Medardi, quam vobis canonici Tornacensesper manum domini Simonis, episcopi sui, liberum conlulerunt, quam vobis prefatus episcopus,eisdemclericis subscribentibus, confirmavit Site et orientation. II n'est pas possible de determiner avec exactitude I'emplacement occupe par I'eglise Saint-Medard, de meme que son orientation.

On peut penser qu'elle s'elevait a proximite de I'actuelle rue Sainte-Catherine, entre cette rue et l'Escaut, sur. Saint Medard, eve-quede Noyon, n'a ete considere que tardivement camille eve-quede Tournai. Son culte n'a ja-. A plusieurs reprises, l'eglise Saint-Medard servit de refuge aux chanoines reguliers de Saint-Nicolas-des-Pres, notamment en et en On peut placer sa destruction vers , lorsque Louis XIV fit demolir la paroisse SainteCatherine pour edifier la citadelle.

Carlulaire, Tournai, , p. Vos, L'abbaye Carlulaire, t. II, nO et Les origines. L 'apparition du Christianisme a Tournai est liee a la predication de saint Piat, a la fin du IIIe siecle ou au debut du siecle suivant Une petite communaute chretienne dispose d'un lieu de culte et enterre pieusement ses morts. On n'a pas encore retrouve a Tournai de cimetiere exclusivement reserve aux chretiens, mais l'archeologie a livre les plus anciennes sepultures chretiennes sous l'eglise Saint-Piat, des Ie milieu du IVe siecle.

On aurait egalement une tombe chretienne dans Ie cimetiere de la rue Perdue, pres de la future eglise Saint-Quentin Quant au lieu de culte, l'archeologie n'a pu jusqu'a present en determiner l'emplacement. II est vraisemblable toutefois que celui-ci etait situe au creur de l'agglomeration, dans l'une ou l'autre maison particuliere. II faut ecarter l'idee d'un etablissement chretien en dehors de la ville: Ie vicus Christianorum qui aurait groupe les chretiens dans la banlieue, n'existe que dans l'imagination de pieux ecrivains Etat de la question, a paraitre dans Analectes d'histoire du Hainaut.

Melanges en hommage Ii M. La naissance du siege episcopal. Au lendemain de la tourmente, lors du retour au calme, une communaute chretienne se retablit a Tournai. Rapidement, elle s'organise, c'est-a-dire qu'elle rec;oit un eveque. C'est d'ailleurs de celle-ci que sont issus au moins deux des premiers eveques de la cite, Theodore et Eleuthere On connait Ie r6le joue par les eveques dans les premiers temps de l'Eglise merovingienne: r6le a la fois religieux et politique. Pour exercer ce double r6le de comte et d'eveque, Ie prelat, qui est egalement un fiche proprietaire foncier , a besoin d'une cathedrale et d'une domusqui l'heberge, lui.

L'histoire des cites montre que la premiere eglise-l'ecclesia -s'inscrit dans l'espace urbain au moment oil des murailles protegent deja un quartier de la cite. L 'eveque installe son eglise a l'interieur de ce castrum. Pour ne retenir que des exemples pris dans la province ecclesiastique de Reims dont Tournai faisait partie, constatons qu'a Reims, l'ecclesia se situe infra urbem,a Noyon, in oppido ,a Amiens comme a Cambrai ,dans un angle du castrum.

Toutefois, ce terrain qu'elle occupe n'appartient pas au M. L 'eve-quedu VIe siecle place sa cathedrale sous Ie patronage d'un martyr, Ie plus souvent saint Pierre ou saint Etienne A la mesure de ses besoins et pour repondre a une tradition liturgique ancienne, il eleve une seconde eglise episcopale a cote de la premiere et la dedie a Notre-Dame.

Ainsi se forme au creur de la cite, Ie groupe episcopal que completent Ie baptistere et la domus ecclesiae. L'ensemble acquiert un tel prestige que son site sera respecte scrupuleusementau cours des siecles Ou se situe a Tournai l'ecclesia des premiers eveques? Aucun argument historique ne permet, a l'heure actuelle, de la fixer ailleurs que sur l'emplacement de la cathedrale d'aujourd'hui.

Sans doute, les archeologues ne sont pas parvenus a etablir Ie trace de l'enceinte du castrum et ignorent si elle englobe Ie site de la cathedrale actuelle Pour cette raison, certains ont emis l'hypothese que l'eglise retrouvee sons Saint-Piat pourrait etre l'ecclesia Or, par son caractere de basilique funeraire, Saint-Piat ne pent se trouver a l'interieur de l'enceinte D'autres ont pense a l'eglise Saint-Pierre situee dans les murs.

Mais pour retenir cette hypothese, il faudrait admettre un transfert de l'eccle-. C'est oublier que ce transfert serait un fait plus exceptionnel encore qu'un deplacement des murailles d'une ville fortifiee. C'est oublier egalement que dans l'immense majorite des cas etudies a ce jour, Ie site de la premiere ecclesia est toujours respecte et correspond a la cathedrale d'aujourd'hui Dans l'etat actuel de nos connaissances,il semble raisonnable de penser que l'ecclesiatournaisienne se situait a l'emplacement de la cathedrale.

On peut proposer comme date de fondation la fin du ve siecle, au temps du roi Childeric ou au debut du regne de Clovis. Saint Etienne en rut Ie patron comme il Ie rut de tant d'eglises episcopales de la Gaule. L'eglise Notre-Dame vint ensuite. Comment ces eglises, ou cette cathedrale double, etaientelles disposees? Le texte qui situe la basilica Sancti Stephani post ecclesiambeataeVirgin is ferait penser que Saint-Etienne occupait Ie site du chceur de la cathedrale actuelle oil des vestiges de fondations anciennes ont ete trouves au XVllle siecle comme a notre epoque.

Notre-Dame pourrait occuper une partie du sol de la grande fief ou de la Place de l'Eveche Le groupe episcopal devait egalementcomprendre un baptistere. Un texte permet de Ie sittler au nord de l'ecclesia, ce qui correspond a la pratique de nombreuses cathedrales. Son territoire a toujours fait partie de l'atrium de la cathedrale.

Quant a la domus ecclesiae,on la verrait mal ailleurs qu'a l'emplacement du palais episcopal actuel. Saini-Pierre de media urbe. Sans rien enlever a Ia primaute de I'ccciesia, des edifices sacres, independants d'elle, apparaissent parfois a I'interieur de certaines cites. On constate que ces Iieux de culte, souvent tardifs -a Reims, ils ne se rencontrent qu'au VIle siecle tiennent en matiere de Iiturgie un role complementaire et specialise: oratoire de devotion fixe a proximite d'une porte de I'enceinte, eglises d'hopitaux ou de monasteres.

C'est a cette derniere categorie que doit avoir appartenu I'eglise Saint-Pierre. On a dit qu'elle etait desservie par des sanctimoniales. Le fait n'a rien d'exceptionnel. Avant , Reims possede deux monasteres de femmes, dedies, I'un et I' autre a saint Pierre. Les basiliques suburbaines. Rien ne s'oppose pourtant Ii ce que d'autres eglises aient ete egalement edifiees dans la partie ouverte de la ville Ii l'instar L.

Notre connaissancede la topographie chretienne merovingienne s'eclaire a la faveur d'un regroupement de quatre eglises qui presentent des caracteristiques communes, propres a cette epoque, et que l'on propose en consequencede sittler a ce moment: a savoir Saint-Fiat, Saint-Quentin, Saint-Martin et Saint-Brice. Ces quatre eglises s'elevent immediatement en dehors de l'enceinte gallo-romaine, en des regions que cette enceinte ne petit avoir renfermees.

Aucun doute ne subsiste pour les trois dernieres; quant a Saint-Fiat, son caractere funeraire, evoque ci-dessus, est un argument suffisant pour la sittler aussi bars de cette enceinte. Chacune de ces eglises s'eleve sur un site occupe a un moment donne par un cimetiere : Saint-Fiat sur un cimetiere chretien du Bas-Empire; Saint-Quentin au centre de la necropole antique qui va de la Grand-Place a la rue Perdue; Saint-Martin sur line necropole franque et Saint-Brice a c6te d'un cimetiere romain et a proximite immediate du tombeau du roi Childeric.

On remarquera enfin que ces eglises sont orientees comme l'eglise-mere, a l'exception de Saint-Brice. Mais celle-ci est logee entre la voie Tournai-Frasnes et Ie tombeau de Childeric: ceci a pu justifier sa disposition non conforme a la tradition. Le cas de Saint-Piat. D'ordinaire, il y fait inhumer sespredecesseurs. On constate en effet que les basiliques abritant les sepultures episcopalesse voient attribuer dans la suite Ie nom d'un Pere de l'Eglise locale. Le role important joue par l'apotre Fiat dans la naissance de I' Eglise de Tournai, Ie developpement de son culte dans la secondemoitie du VIle siecle, expliqueraient ce choix.

Faut-il faire remarquer que celie dedicacen'entraine pas la presence a Tournai des reliques de l'apotre dont on peut croire qu'elles ont toujours repose dans l'antique basilique de Seclin Le rtJiede saint Eioi. C'est a lui que revient l'invention, a Seclin et a Vermand, des reliques de saint Fiat et de saint Quentin, missionnaires de la premiere evangelisation. C'est lui qui, a Tours, decora des richessesde son art les tombeaux de saint Martin et de saint Brice, patrons depuis Clovis de la monarchie franque.

Serait-ce a son initiative que l'on doit la titulature des quatre basiliques funeraires de Tournai? La tradition Ie pretend, en tout cas, pour Saint-Martin. La cite sainte merovingienne. On peut des lors brosser Ie tableau suivant de la ville au VIle siecle. Intra muros, Ie groupe cathedral constitue des deux eglisesde Saint-Etienne et de Notre-Dame, du baptistere et de la domus.

Vers l'Escaut, Saint-Pierre et Ie monastere des sanctimoniales. Hors leg murs, quatre basiliques surgies d'aires funeraires. Le renouveau. Apres line periode de declin, dont l'histoire n'est pas Ii faire ici, Tournai connait Ii l'aube du IXe siecle un renouveau sur Ie plan religieux: trente chanoines desservent la cathedrale et l'empereur leur attribue, Ii l'interieur de la cite, trois parcelles territoriales du fiscus, ad amplificanda claustra canonicorum..

Les eveques de Noyon-Tournai sejournent plus frequemment dans leur siege tournaisien et l'on sait que, vers , la cathedrale est en reconstruction. La ruine de Saint-Etienne. Une explication reside sans doute dans l'adoption de pratiques liturgiques nouvelles qui n'exigent plus la presence simultanee de plusieurs temples ou l'on se reunissait successivement.

Une autre explication doit se trouver dans la creation des chapitres de chanoines. Leur etablissement entrame la construction d'un cloitre et de divers batiments camille une ecole, un hopital ou des logis qui doivent s'inserer dans l' espace urbain. Les chanoines s'y installerent et desservirent des lors l'eglise Notre-Dame, ainsi appelee a de brill antes destinees A Tournai, Ie terrain manquait aussi pres de Saint-Etienne entouree par l'agglomeration marchande, alors qu'a proximite de Notre-Dame s'etendaient des terres du fisc.

L'eveque leg obtint de la generosite de l'empereur et construisit Ie cloitre pres de Notre-Dame. Notons que leg circonstances locales ant varie: a Sells, a Auxerre ou a Meaux par exempIe, leg eglises Saint-Etienne l'emporterent au detriment des eglises Notre-Dame, et saint Etienne est aujourd'hui Ie patron de ces cathedrales Les nouveaux edifices.

Au-dela de I' enceinte, trois nouvelles chapelles apparaissent a l'epoque carolingienne: l'une pour desservir un hopital, une autre pour abriter deux tombes, une derniere dont nous ne savons presque rien. La secularisation de l'Eglise tournaisienne au courant du xe siecle n'a pas encoreete etudiee, mais certains aspectsnons en sont connus grace aux Historiae Tornacensesdu XIIe siecle. On pent y retenir notamment la suppressionde la plupart des congregations religieuses et Ie passage en mains lalques du temporel des eglises Saint-Pierre, Saint-Quentin et Saint-.

La reforme viendra a la fin du Xle siecle. A partir de ce moment, on pent suivre facilement l'evolution de la topographie chretienne de Tournai. Elle sera, deslors, liee essentiellement a l'essor economique de la ville Un souhait tout d'abord. Celui de voir se poursuivre des campagnesmethodiques de fouilles dans la ville de Tournai. Elles devraient avoir pour objet de determiner Ie trace des remparts de la cite du Bas-Empire, d'interroger Ie solis-sol de la cathedrale et de ses environs, d'etudier l'emplacement de la petite eglise Saint-Pierre a l'extremite de la Place de ce nom et de retrouver Ie site de la premiere eglise SaintMartin dans l'enclos de l'abbaye.

Sans ces recherches, la connaissancedu passe de la ville ne peut progresser. Une conclusion ensuite. L 'epoque merovingienne a marque profondemend la topographie de la cite royale : la fondation du siege episcopal, l'etablissement de la cathedrale, la construction de Saint-Pierre et des quatre basiliques de Saint-Piat, de Saint-Quentin, de Saint-Martin et de SaintBrice, ont amene line transformation considerable de l'espace urbain et lui ont donne un caractere qu'il garde jusqu'aujourd'hui. Face a ce rapide bilan, l'apport carolingien parait, en ce domaine, relativement mince si l'on excepte la creation du cloitre capitulaire: leg trois chapelles qui prennent place alors dans la vine n'y joueront qu'un role mineur au point que leur souvenir ne se retrouve plus aujourd'hui dans la topographie ou la toponymie.

Conclusion paradoxale si l'on songe a la reputation de barbarie donnee trop aveuglement aux temps merovingiens. Voir aussi J. Maurice Coens,decedeen janvier 1, s'est souvent interesse a l'histoire des ancienneslitanies des saints 2. Etudiant cellesqui sont contenuesdans Ie manuscrit de la cathedrale de Cologne3, qui date du commencement du IXe siecle, il remarqua parmi les noms de saints celui de S.

Rombaut: Rumolde4. Analecta Bollandiana, t. Coensa republie p. Rombaut au VIIIe siecle. En ,M. Cornille a publie un article: Saint Rombaut: Non saxasedossaloquunfur Pastoralia. Une autre invocation a S. Cemanuscrit, qui date egalement du premier tiers du IXesiecle, manifestait que Ie patron du diocesede Malines etait honore a cette epoque en Baviere. Au sujet de la composition de ceslitanies, Ie P. A ce propos, Ie P. Dans une note, Ie P. Le redacteur de nos litanies a-t-il puise a cette source, ou dans un modele commun? II donnait Ie resultat d'un examendes reliques du saint.

II reprenait ainsi mot a mot la note qu'il avait publiee en imprimant son article sur Ie Libellus precum etc. Le texte des Officia per ferias figure dans Ie manuscrit latin de la Bibliotheque nationale de Paris n, lequel est du premier tiers du IXesiecle et provient de Saint-Denis, pres de Paris. Ce manuscrit a ete l'objet de quelques etudes au cours des dernieres annees. Nous en signalons quelques-lines. En , dam Wilmart a publie un article, Le manuel de prieres de saint Jean Gualbert II rappelait que les Officia per ferias avaient ete edites par A.

Duchesne au debut du XVIle siecle d'apres Ie manuscrit Cette edition est reprise dans Ie t. Barre dans son livre Prieres anciennesde l'Occidenta Ia Mere du Sauveur,soulignait l'interet des travaux de dam Wilmart Jean Gualbert, dam Wilmart dissipe l'obscurite qui entourait ce recueilet du meme coup resoudI' enigme desOfficia per ferias et du De Psalmorum usu du pseudo-Alcuin, qui Ie tourmentait depuis longtemps 14I.

Nous pouvons done recourir au manuscrit latin pour l'histoire du culte de S. Dans ce codex son nom est mentionne en tete de la secondecolonne du fol. A titre d'information et pour reunir les plus ancienstemoignagesde la veneration de S. Rombaut, nous presentonsici les trois manuscrits qui contiennent les litanies ou Ie saint est invoque. Nous ne citerons que les quelques noms qui precedent et suivent son invocation. Notons que legOfficia per ferias attribues a Alcuin ici ne sontpas de lui.

Voir surtout p. II est question du manuscrit de Paris , p. Du me-meauteur, voir Livrets de prieres de l'epoque carolingienne,dans Revue benedictine, t. Omnes sancti confessores. Les deux autres manuscrits annoncent Rombaut parmi leg confessores. Quelle est la relation de ces trois litanies, conserveesdans des manuscrits plus ou moins contemporains? II n'est pas facile de l'indiquer, mais pour Ie culte de S. Rombaut nous constatons qu'a cette epoque il etait invoque a Cologne, en Baviere et a Saint-Denis pres de Paris.

C'est deja un assez grand territoire. Par ailleurs, n'oublions pas que l'archeveque Arnon de Salzbourg etait un ami d' Alcuin et qu'il avait. Nous sommesheureux d'offrir cette petite note au P. Nicolas Huyghebaert, qui a ete souvent en relation avec Ie P. Maurice Coens. Grace a ses etudes sur leg litanies, il nous a donne l'occasion de fournir ce modestecomplementa sesinformations sur Ie culte de S.

Rombaut Voir aussi, plus loin, p. C'est en Ie redigeant que nous eumes l'attention attiree sur Ie manuscrit Dit laatste is ten dele te wijten aan bet feit dat Sigebert Diet herneemt wat reeds in de gelijkaardige werken van Hieronymus of Gennadius werd opgenomen 1. Hoogstens een tiental schrijvers komen bij Sigebert voor, die men bij een van zijn beide voorgangers aantreft ; maar ook daD stipt Sigebert, op een of twee uitzonderingen na, slechts werken aan die noch Hieronymus noch Gennadius vermeldden 2.

Anderzijds komen nagenoeg of geheel onbekende auteurs soms vrij uitvoerig aan bod. Sigebert's keuze lijkt wel zeer persoonlijk. Al te gemakkelijk heeft men hem afgewimpeld als een excerptor van zijn voorgangers4. Wanneer men hem vergelijkt met zijn ietwat jongere tijdgenoot Honorius van Autun, merkt men dadelijk bet verschil : heeft Honorius op notities nauwelijks 25 eigen auteurs, dan is bij Sigebert nagenoeg alles eigen goed.

Wat hij over elk van de circa door hem genoemde schrijvers zegt, heeft hij zelf deels opgehaald uit handschriften van bun werken die hem te Gembloux of elders ter beschikking stonden, deels opgetekend bij de lezing van enig historisch werk dat over hen handelt. Ook S. Veel positiever is reeds het oordeel van M. Waar men de bron kan aanwijzen, merkt men dat Sigebert ze getrouw overneemt. Dit is eenwaarborg voor de betrouwbaarheid van zijn gegevensbetreffende een tiental auteurs of werken die nergenselders vermeld worden, tenzij bij epigonendie Sigebert afschrijven, als Trithemius of Sixtus Senensis en die er gebeurlijk wel iets aan toevoegen dat wellicht op niets berust.

Witte heeft 9 hss. Ook heeft hij vrij goed de brooDeDaangestipt en in zijn kommentaar verwijst hij enkele malen naar een hs. Het is erg onwaarschijnlijk dat Sigebertjets meer over dezetekst weet dan wat Johanneser t. XI ; daarin worden trouvens de Gestaaan Johannes en aan Gaudericus toegeschrevendie ze na Johannes' overlijden voltooide. XII, De nagenoeg letterlijke overname van de bron, wijst crop dat Sigebertseenandere gegevens,en zeker geen hss. XII, uit Bonne Esperance. A propos d'une edition recente,in Le Moyen Age, 85, ,biz. In dit opzicht is Witte's, overigens niet onverdienstelijk werk vatbaar voor aanvulling en verbetering.

Is ons geen oude kataloog van de hss. Een dertigtal onder hen hebben contactpunten met een of meerdere van de notities van Sigebert: Bornszijn ze letterlijke afschriften, tot en met foutieve schrijfwijzen van eigennamen,of vermelden bijzonderhedendie enkel in titel of slotcolophoon van dit bepaalde Gembloersehs.

Nu heeft Sigebert zeker niet uitsluitend in de abdijbibliotheek van Gembloux gewerkt. Even opvallend zijn de overeenkomsten tussen zijn auteurslijst en de bibliotheekkataloog van bet nabijgelegen Lobbes, die in werd opgesteld en met enige latere toevoegingenonlangs door Fr. Dolbeau werd uitgegeven en uitstekend gekommentarieerdll. Van de vermeldingen nit de kataloog van Lobbes zijn er ongeveer die geheel of gedeeltelijk een echo vinden in de lijst van Sigebert, en een paar maal is de overeenkomst letterlijk, of gaat bet over tractaten die nagenoegnergens elders vermeld 8 Enkele anderehss.

Witte gedaanwerd. Erasmi Roterdami,uitg. Deze Iijst is bIijkbaar Diet bewaard gebIeven. Rousseau,BruxeIIes, ,bIz. Bij die zijn er ongeveer 80 vermeldingen, waarvoor geen overeenkomst met enig bekend hs. Jammer genoeg zijn er van de zo rijke bibliotheek van Lobbes nauwelijks eentwaalftal hss. De betrekkingen tussen beide Benediktijnerabdijen Lobbes en Gembloux, op nauwelijks 30 km. DIbert liet trouwens onder zijn abbatiaat heel wat hss. Niet alleen met Lobbes vertoont de schrijverskataloog van Sigebert onmiskenbare contactpunten ; ook, maar toch in veel mindere mate, met de kataloog, en meer nog met de overgebleyen hss.

Laurent te Luik 15,alsook met enkele hss. Amand 17,van Anchin 18,en van S. Vincent te Metz 19,waar Sigebert in de jaren als scholaster verbleef. In deze bibliotheken heeft Sigebert de rariora en zelfs de unica gevonden die in zijn auteurslijst beschrevenworden, en het blijkt dat hij zijn nota's genomenheeft bij het raadplegen van deze cimelia zeIt die hij in deze, toch wel uitzonderlijk rijke bibliotheken aantrof.

Dit verklaart zelfs in enkele gevallen de volgorde van zijn notities, die somsde uiteenlopende 12 Vgl. Hij had een erg persoonlijke belangstelling voor enkele onderwerpen die hij ook zelf behandeld heeft; zij komen niet alleen vaak terug in zijn lijst, maar worden er ook uitvoeriger in behandeld. Verder legt hij ook eenmerkwaardige belangstelling aan de dag voor vertalingen en zelfs voor vertalers, die herhaaldelijk nominatim vermeld worden, veelal in een eigen paragraaf Tijdrekenkunde neemt eveneens een betrekkelijk brede plaats in met 14 auteurs.

Ook 7 muziektractaten worden beschreven. Historische werken komen nog veelvuldiger aan bod. Canonistischelitteratuur ontbreekt daarentegennagenoeg geheel 23, 20 Sommige verzamelhss. Toch blijkt uit de oude nummering van de katernen dat veruit de meeste banden ook oorspronkelijk aldus samengesteld waren, zie A. Rousseau, Bruxelles, , biz. Binnen bet bestek van deze,reeds al te lange bijdrage, kunnen wij lang niet alles naar voren brengen wat eenvergelijking van Sigebert's litteratuurlijst met een aantal codicesuit Gembloux en enkele andere abdijen ons geleerd heeft.

Find a copy in the library

Enkele voorbeelden mogen bier volstaan. Anderzijds zou er ongetwijfeld nog heel wat op te halen zijn uit de hss. Wij hopen nog eens de gelegenheid te hebben dit alles vollediger uiteen te zetten in een gekommentarieerde uitgave van Sigebert's De viris illustribus. De hss. Een ervan is Paris, B. XII ineuntis, uit S. Amand Elnone. In hetzelfde hs. Amand in Het hs. Catalogus Codicum Hagiographicorum Bibl. CPG M. CPL E. Geen ander hs. Heeft Gunther hem een ondertekend afschrift van zijn dichtwerk toegezonden, afschrift dat geen spoor heeft nagelaten?

Of heeft Sigebert, bij een bezoekte S. Amand, de codexgezien, en heeft hij inlichtingen ingewonnen omtrent de auteur ervan? Sigebertwas bijzonder geinteresseerdin metrische bewerkingenvan hagiographischeteksten vgI. Het Parijse hs. A 67 van S. Amand in de Bibliotheca Belgica Manuscripta van A. I, InsuIis, ,bIz. Amand, die hem wellicht nit Sigebert's De viris gehaaid heeft vgI.